Ogaro

Togo

2012 Adduction électro-solaire

Ogaro, à l’extrême nord du Togo (à 700 km de la capitale Lomé),  était le dernier gros village  sur la route menant de Dapaong à Mandouri, où IAS n’était pas encore intervenu. Depuis fin février 2012, cette lacune a été comblée.

Paysage typique d’Ogaro
Le quartier du marché, plus «moderne», au soleil couchant dans la brume de l’harmattan.

Grâce au financement de la Fondation Sinopec-Addax, nous avons pu projeter la construction d’une adduction électro-solaire alimentant également le marché, qui joue un rôle économique important pour le village.
Mauricio Cabrera et Bernard Béroud se sont rendus à Ogaro à fin février 2012 pour réaliser cette adduction  avec les professionnels locaux : maçons, plombiers, électricien. Nous avons eu la chance d’être hébergés comme des rois par les Sœurs catholiques d’Ogaro, qui gèrent le dispensaire et la maternité.

Le forage était équipé d’une pompe « India » qui même en pompant vigoureusement, ne débitait pas plus de 750 litres à l’heure, et dont les réparations périodiques étaient coûteuses.

La pompe manuelle a été démontée, et remplacée par une pompe électro-solaire permet de tirer aujourd’hui 3’000 litres à l’heure de la nappe phréatique.

Puis, une borne fontaine a été construite au même endroit.

Deux sorties hautes permettront de remplir les bassines sans avoir à les soulever une fois pleines. Un robinet permet aussi le remplissage des bidons (jerrycans).

Les gamins sont des spectateurs assidus au bas du château.
Les femmes d’Ogaro n’ont pas attendu que la borne-fontaine soit fignolée pour s’en servir abondamment.

Le château d’eau avait été édifié selon nos plans avant notre arrivée. Pour finir, les soudeurs ont réalisé l’échelle puis, au sommet du château, les cadres anti-vol des panneaux solaires.

Le château d’eau terminé avec la première borne-fontaine.
Bernard Béroud avec Arouna Kampi, le président du comité de gestion de l’eau d’Ogaro, qui va assurer la maintenance, devant le local technique.
Dans le local technique, les commandes électrique et hydrauliques.
Essai de la borne-fontaine du marché, à 350 mètres du château d’eau.