M’Bour – électrification solaire de la Pouponnière

Sénégal

2021 Centrale électro-solaire

Electrification de la pouponnière Vivre ensemble, à M’Bour au Sénégal.

M’Bour – électrification solaire de la Pouponnière
Lien vers le projet

Une collégienne de 18 ans, Alyssia Bourquin, passe ses vacances de Pâques 2017 comme bénévole à la grande pouponnière de M’Bour. En revenant en Suisse, Alyssia décide de faire quelque chose pour ces petits qu’elle a eu de la peine à quitter.

Pour soulager l’institution de l’énorme facture d’électricité, elle a l’idée de la produire avec « des panneaux solaires ». Des mécènes qu’elle sollicitait la guident vers IAS et c’est ainsi qu’est né ce projet de centrale électro-solaire.
Il a fallu un an d’efforts soutenus à Alyssia pour réunir petites et grandes sommes : de la vente de pâtisseries à une importante subvention de Meyrin.
La construction de cette centrale était prévue en avril 2020, mais … la pandémie de Covid-19 a freiné notre élan.

Enfin, à fin décembre 2020, Bernard Béroud, Claude et Mateo Niang, dûment testés négatifs au virus se sont envolés pour M’Bour, où les a rejoints Lévi Kabré, venant du Burkina Faso.
Le 6 janvier 2021, l’énergie renouvelable alimentait déjà la Pouponnière.

À la sortie sud de M’Bour, sur la route de Joal, ce panneau signale la pouponnière « Vivre ensemble »

Le monde de la Pouponnière comprend près de 300 humains, de toutes tailles et spécialités. Début janvier 2021, il y avait :
78 bébés et petits à la pouponnière ; 19 enfants dans les unités familiales et 24 dans la section grande enfance.
Pour faire fonctionner l’ensemble : 179 adultes.
Les bénévoles, nombreuses habituellement, manquaient à cause des restrictions de déplacement imposées par le coronavirus.

fresque sur la façade de la pouponnière
Le site comprend les principaux bâtiments :
(1) la pouponnière proprement dite : un double bâtiment de 60 mètres de long avec un bassin pour les tout petits ;
(2) unités familiales ;
(3) bureau (direction) ;
(4) logement et cuisine ;
(5) bureaux ;
(6) grande enfance ;
(7) salle de classe et informatique ;
(8) salle de classe ;
(9) un grand apatam.
Vue aérienne pouponnière

Le long toit du bâtiment (1) a été choisi pour y poser les panneaux solaires même si leur orientation y est Sud-Est alors que l’idéal aurait été Sud. Un petit bâtiment a été construit dans la cour entre les deux ailes du bâtiment pour y abriter la centrale électro-solaire, proche des panneaux.

Quelques photos du chantier :

Maguèye Sarr, électricien, assiste Lévi Kabré pour la pose des onduleurs.
Claude et Matéo Niang fixent les câbles reliant les onduleurs aux batteries.

Le soudeur, El Hadj Faye passe les profilés en acier à l’anti-rouille.
A ses côtés, Lévi et Donatien Sane, qui assure en permanence la maintenance de tout le site.

Bernard, Lévi, Maguèye, Donatien et Claude cherchent le meilleur moyen de monter et fixer les 60 panneaux sur le toit.
La chaine humaine monte les panneaux sur le toit : Matéo en bas, Maguèye sur l’échelle et Donatien à la réception.
El Hadj Faye à l’oeuvre pour souder les cadres anti-vol.
Le dernier des 12 cadres de 5 panneaux est terminé. C’est la fête pour Claude Niang, Lévi Kabré,, Donatien Sane et El Hadj Faye.
Les 60 panneaux de 280 Watts crête sont fixés.
Lévi et Bernard se familiarisent avec le programme de gestion des onduleurs.
Vue générale du local de la centrale électro-solaire.
Le plan d’alimentation initial (si l’énergie solaire est suffisante, d’autres bâtiments seront électrifiés ultérieurement).
Donatien, Bernard, Lévi et Claude encadrent Mathilde, « la patronne » de la Pouponnière
Statistiques de l'installation