Keoogo

Burkina Faso

2018 Centre d'accueil, Centrale électro-solaire, Électrification

 

Le Service Social International Suisse a développé depuis plusieurs années un réseau en Afrique de l’Ouest pour protéger et insérer dans la société des enfants et jeunes en situation vulnérable, et combattre ainsi la migration précoce et à risque, le trafic, la traite et l’exploitation des plus jeunes.

Avec l’association Keoogo, son partenaire au Burkina Faso, le SSI a fait construire un «Village d’accueil pour jeunes mères et enfants», à Wobringré, dans la banlieue nord-ouest de Ouagadougou (sur la route de Kongoussi).

Le SSI a demandé une nouvelle fois à IAS (après le centre de Baguida, au Togo) de construire une centrale électro-solaire pour alimenter ce village, et le CSPS (dispensaire, maternité et pharmacie) tout proche, dont l’alimentation solaire était vétuste et trop faible.

 

24 jeunes mères pourront y être hébergées, dans des maisons de 4 chambres, avec leur enfant – et ainsi sauvées de la rue. Elles y recevront une éducation et une formation professionnelle (autre que les traditionnelles coiffure et couture), notamment dans la restauration.

 

La boulangerie et le restaurant ouvert au quartier, outre leur rôle pédagogique, devraient générer des revenus utiles au fonctionnement du Centre.

L’architecture de ce village Beoogo Tienbo impressionne, avec ses bâtiments toute en courbes et ses murs en briques de latérite.

 

Aperçu de l’architecture originale du Centre, toute en courbes avec des murs en briques de latérite. Entre le bâtiment administratif et la maison des hôtes, deux groupes de dortoirs pour les mamans avec leur enfant.

Les éléments principaux de la centrale électro-solaire – accumulateurs, panneaux photovoltaïques et onduleurs – ont été acheminés depuis la Suisse pour des raisons économiques et pour garantir leur qualité. Puis, en octobre, Philippe Etienne et Bernard Béroud sont allés construire cette centrale avec les collaborateurs burkinabés habituels de IAS.

 

Lévi Kabré, en bas, Hyppolyte Tassembedo, sur l’échelle, les soudeurs et Philippe Etienne, à droite, hissent avec précaution les quarante panneaux solaires de 275 Watts sur le toit de la salle polyvalente, qui abrite aussi la centrale électro-solaire.
Dans la centrale électro-solaire, l’accumulateur de 110 kWh, deux onduleurs hybrides de 4 kW, un onduleur solaire de 3,6kW et deux chargeurs solaires.

En attendant l’inauguration du village, la centrale fournit déjà toute l’électricité nécessaire au dispensaire, à la maternité et à la pharmacie du Centre médical.