Gondologo

Burkina Faso

2013 Adduction électro-solaire

Les infrastructures électriques et hydrauliques Ouahigouya, au nord-ouest du Burkina, n’assurent une alimentation permanente ni d’électricité ni d’eau. C’est pourquoi, notamment, IAS a déjà pourvu le Centre pédiatrique et chirurgical Persis de deux centrales électro-solaires.

L’association Bilifou-Bilifou, des Suisses Chantal et André Buhler, a créé une ferme produisant notamment de la spiruline (pour la renutrition des enfants et adultes sous-alimentés),  et construit un bloc chirurgical à l’hôpital Persis.
Bilifou-Bilifou, a également construit une école primaire dans le même quartier extérieur de Gondologo, au sud-ouest de Ouahigouya.
Ce quartier de Gondologo n’était pas encore relié au réseau d’eau public lorsque nous avons initié ce projet. La population n’avait donc pas d’eau potable à dans un rayon de plus d’un km. Aujourd’hui, une borne-fontaine existe, mais elle n’est alimentée en eau qu’épisodiquement et plus du tout au plus fort de la saison sèche, quand l’eau manque partout dans le réseau. Notre adduction est donc utile tout au long de l’année comme complément, et sera la seule ressource de mars à mai.

Vue Google du quartier.

Grâce au financement de la Fondation Addax et Oryx, les collaborateurs Burkinabés de IAS ont pu assumer la construction d’une adduction qui alimente directement l’Ecole de Bilifou-Bilifou, ainsi que la population du quartier par une borne-fontaine proche du château d’eau. Nous pompons l’eau potable dans un forage construit en 2005 par l’ONG française COOP92 ; forage qui était en abandonné en panne, et que nous avons réhabilité.

Le forage, avec sa pompe à pied, abandonné comme tant d’autres depuis longtemps, suite aux pannes répétitives du mécanisme.

Le château d’eau a été construit au printemps 2013, et après plus d’un mois de retouches multiples pour rendre le réservoir étanche, il a enfin été mis en service début août. Mais le réservoir fuyait encore abondamment malgré les assurances de l’entrepreneur, qui a disparu aussitôt qu’il a été payé… Nous avons dû faire refaire toute l’étanchéité par un autre entrepreneur. A fin octobre, enfin, le château d’eau est terminé … !

Vu de la piste N10, le château au début de notre intervention.
La montée des panneaux solaires.
Lévi Kabré sur le réservoir…
nettoyant les panneaux grâce à notre système « breveté »…
Lévi et Ben Treboul Ouedraogo construisant la borne-fontaine
Lévi et Hyppolyte Tassembedo préparant un raccord étanche
Lévi et Ben devant les commandes hydrauliques et électriques dans le local technique.

A l’école, l’eau potable alimente les lavabos et éviers, la cuisine, les WC, une douche et le petit maraîchage.

Les habitants du quartier viennent s’approvisionner à la borne-fontaine qui leur donnera une quantité suffisante d’eau potable tout au long de la saison sèche.