Burkina Faso

2013 Adduction électro-solaire

Les ouvrages de IAS au Burkina

La ville de Pô, qui compte 28’000 habitants, se situe à quelques 180 km au Sud de la capitale, proche de la frontière du Ghana.
Il s’y trouve un Centre de Formation Professionnelle et Artisanale, créé par M. Victor Pouahoulabou, garagiste de Ouagadougou, connu comme PK Victor. Ce CFPA a été et continue à être financé par les Communes de la Champagne genevoise plus celle de Dardagny. L’école s’étend maintenant sur un vaste terrain où s’articulent les différents bâtiments avec un réfectoire, une cuisine, des ateliers, des salles de classes, un dépôt pour le matériel et des bureaux. C’est une école privée qui mène les jeunes aux différents certificats officiellement reconnus par les autorités du pays.
Les jeunes burkinabés y sont formés dans les domaines de la menuiserie, la mécanique automobile et la construction métallique. L’objectif est de fournir une formation ouverte à toutes les bourses avec, si possible, un repas à midi, car la faim est omniprésente vu le seuil de pauvreté de cette région.
PK Victor a mis à la disposition de cette communauté un vaste terrain destiné aux cultures vivrières, notamment pour la cantine. Il y a fait creuser un forage. C’est ce forage que l’équipe de IAS, formée de Jacques Painot, Louis von Aarburg et Bernard Béroud, épaulés par Lévi Kabré, Ben Ouedraogo et Jacques Amewonou, techniciens supérieurs, est allé équiper d’un pompage électro-solaire à la demande des Communes genevoises, en janvier 2013.

La pompe à pieds provisoirement installée sur le forage avant notre intervention.
La citerne en acier de 12’500 litres montée sur une structure en métal forme un château d’eau original.
Ben Treboul Ouedraogo et ses aides en train de monter les panneaux solaires dans leur cadre anti-vol.
Durant la délicate opération d’introduction de la pompe, d’avant en arrière, Jacques Amewonou et Ben Ouedraogo (cachant Lévi Kabré), PK Victor Pouahoulabou, Hyppolyte Tassembedo et Jacques Painot.
Dans le local technique, les compteurs d’eau pompée et distribuée sur le premier circuit.
Construisant la borne-fontaine, Jacques Amewonou (du Togo) et Lévi Kabré entourent Louis von Aarburg de IAS