Ouahigouya Persis maternité

Burkina Faso

2012 Centrale électro-solaire, Maternité

Centrale électro-solaire pour la maternité du Centre médico-chirurgical pédiatrique Persis de Ouahigouya

Ouahigouya Persis maternité
Lien vers le projet

IAS a construit une première centrale électro-solaire sur le site Persis en octobre 2010, puis une seconde centrale en décembre 2012, après la construction du bloc chirurgical et l’extension du dispensaire.
Comme la consommation d’électricité de ce grand complexe qu’est le CMCP Persis était déjà supérieure à la production solaire, et qu’une grande maternité se construisait, on nous a demandé de créer une troisième centrale électro-solaire.
Cette centrale est le fruit de deux engagements : conception et réalisation bénévole de IAS, et financement généreux de l’association Winds of Hope, de Bertrand Piccard, (qui aime aussi le photovoltaïque terrestre…)
Ses caractéristiques : 10’620 Watts crête de panneaux photovoltaïques ; 110’000 Watts-heures de batteries, deux phases à 230V de chacune 4kVA hybride et 3,6kVA injectés directement à la sortie.
Le réseau extérieur pourrait, si nécessaire, apporter un complément d’énergie, mais en principe, le solaire suffira, et son excédent pourra même être réinjecté sur ce réseau.
La réalisation s’est faite en février 2017 par des expatriés d’IAS et l’équipe burkinabée avec laquelle ils collaborent avec succès depuis des années.

Vu du sommet du château d’eau, la maternité en fin de construction, avec au fond à droite, les panneaux photovoltaïques de la centrale.
Opération délicate pour ne pas endommager les panneaux : à la manœuvre, Hippolyte Tassembedo, Lévi Kabré, Ben Ouedraogo et Philippe Etienne (de g à d).
Souder les cadres sans surchauffer les panneaux : le soudeur Buba Ouedraogo avec Ben Ouedraogo
Enfin, les 3 champs de 14 panneaux photovoltaïques sont fixés sur le toit de la maternité : Orientation sud-est optimale pour le matin et sud-ouest optimale pour l’après-midi.
Bernard Béroud et Lévi Kabré, contents du résultat. Au fond, le château d’eau de l’adduction électro-solaire autonome d’eau potable réalisée simultanément.
Les composants de la centrale, à côté du bloc de 24 batteries de 2V / 2’300Ah : En bas à gauche, les deux onduleurs chargeurs hybrides Studer de 4kVA, à droite les deux onduleurs de branche de SMA de 3,6kVA. En dessus, le chargeur MPPT de Studer de 3,6kVA et les boîtiers de commande d’Electronique solaire.

Le travail terminé, Philippe Etienne, Bernard Béroud, Ben Ouedraogo, Hippolyte Tassembedo et Lévi Kabré (de g à d) fatigués mais heureux, posent pour la postérité…
Avant de quitter Ouahigouya, vite une photo de groupe : Philippe Etienne, Bernard Béroud, le Dr Bernard Mivelaz, le Dr Lassara Zala, Felipe Lagares, Hippolyte Tassembedo, Mme Aïssata Zala et Lévi Kabré (de g à d).