Kombissiri. Adduction d’eau au CMU

Burkina Faso

2022 Adduction électro-solaire

Kombissiri est une ville de près de 25’000 habitants, à 60km au sud de Ouagadougou, qui s’étire sur la route du Ghana.

En février 2019, pour soulager la population de cette ville, souffrant du manque drastique d’eau potable, nous avons construit une première adduction électro-solaire au Centre du Développement de l’Enfant (CDE), dirigé par le pasteur Boureima Ouedraogo, président de l’association ATM. L’engagement du pasteur a d’ailleurs été décisif dans ce projet, puisque c’est lui qui nous a sollicité et qui a mis à disposition le forage productif qui était sur le domaine du CDE, au nord de la ville.

Les plus de 16’000 litres par jour, distribués à la population en moyenne annuelle, témoignent de l’utilité de cette réalisation. Voir les pages consacrées à cette adduction sur ce site.

Kombissiri. Adduction d’eau au CMU
Lien vers le projet

 

Mais le président de l’association ATM, ne s’est pas arrêté là pour aider ses concitoyens. Avec son ami suisse Daniel Ribbi, fondateur de la Rose des Sables (en référence au marathon des sables qu’il courre au Maroc), ils ont projeté de transformer le CSPS délabré de Kombissiri en un centre médical urbain moderne et écologique, en sollicitant IAS pour l’alimenter en eau et électricité renouvelables.

Première étape : réhabilitation et rénovation de la maternité, du dispensaire et des bâtiments annexes, dont le financement a été assuré par les donateurs de la Rose des Sables.

Adduction solaire : pompage au fil du soleil

IAS a d’abord attaqué le problème de l’eau potable, qui manquait au CMU comme aux quartiers environnants, à plus d’un kilomètre de l’adduction solaire du CDE. Nous avons prévu un pompage au fil du soleil,  une alimentation écologique en eau potable pour le CMU et la population voisine.

Le budget de cette adduction a été assumé par l’entreprise PVsyst, qui diffuse son logiciel de dimensionnement de systèmes photovoltaïques utilisé dans le monde entier, et par la générosité de son fondateur André Mermoud et de Danielle Jourdan.

On a détecté une bonne nappe phréatique, creusé un forage et construit un château d’eau modèle IAS en béton de 21 m³ et de 10 de haut, bien visible depuis l’axe routier nord-sud qui traverse la ville.

En janvier,  l’équipe d’IAS a implanté le système de pompage photovoltaïque, le système de mesure manuel et automatique de PVsyst, puis construit le réseau de distribution et la borne fontaine.

La porte du château d’eau et l’équipe IAS : Yaovi Atikle (Togolais du Ghana), Bernard Béroud, Hyppolyte Tassembedo et Lévi Kabré

 

Pour l’entreprise PVsyst, cette adduction permettra de vérifier les hypothèses et paramètres du chapitre pompage au fil du soleil de son logiciel.

Dans le château d’eau, les compteurs de pompage et de distribution raccordés à la balise du système de monitoring de PVsyst mesurant en temps réel les performances du pompage solaire : litres pompés, utilisés par l’hôpital, distribués à la population à la borne-fontaine, rayonnement solaire, température, …

La foule à la borne-fontaine du CMU, le jour de sa mise en service.

L’équipe IAS (en jaune) – Rose des Sables (en bleu), entourée du Major (coordinateur du CMU) Achile Compaoré , du Chef du quartier de Rakalo, et du Pasteur Boureima Ouedraogo.

Les premières statistiques du pompage et de la distribution de l’adduction montrent que cette seconde borne-fontaine IAS à Kombissiri soulage la population du quartier qui vient y chercher près de 10’000 litres par jour.

Statistiques de l'eau pompée, utilisée par le CMU et distribuée à la borne-fontaine